Les Secrets d'un gainage efficace

Présentation

« Le corps (…) a permis de rattraper par les bretelles celles qui, autrement, ayant conquis - du moins en théorie - la maîtrise de leur fécondité et l’indépendance économique, auraient pu se croire tout permis. »

Beauté fatale, Mona Chollet, Ed. Zones, 2012

Le titre que nous avions provisoirement choisi faisait référence à "Notre corps, nous-mêmes", ouvrage culte des années 70 écrit par le Collectif de Boston pour la santé des femmes et traduit et adapté dix ans plus tard par un collectif de femmes françaises. Le livre mêlait témoignages, dessins scientifiques et connaissances médicales pour répondre au « besoin impératif » des femmes de « connaître [leur] corps pour mieux [s'] en servir, mieux en jouir et mieux vivre ». Tout un programme… Nous sommes convaincues qu’il y a encore aujourd’hui besoin d'un Notre corps nous-même et qu’il y a même une nécessité à porter ces questions au théâtre, car le corps des femmes reste un enjeu de société. Le sujet auquel nous nous attaquons est la haine du corps et la honte de soi chez les femmes, très répandues et vivaces. Comment se construisent et se transmettent-elles ? Comment et pourquoi sont-elles entretenues ? À travers quoi se manifestent-elles ?

NOTRE POINT DE DÉPART : Nous voulons nous croire - quand même, à peu près… - libérées. Mais en étant honnêtes, nous devons avouer que malgré notre milieu socio-culturel privilégié, malgré une éducation qui se voulait libre et des parents plus ou moins soixante-huitards, nous vivons chacune des blocages, des hontes, des méconnaissances, des traumatismes liés à notre corps de femme. Et ces tabous s’avèrent très partagés : une femme sur deux ne sait pas ce qu’est un clitoris, les troubles alimentaires touchent à 90% les femmes, le recours à la chirurgie esthétique de la vulve chez les jeunes filles augmente de façon alarmante ces dernières années… « Nos parcours singuliers ne sont pas des histoires de bonnes femmes mais bien la tentative de cartographier un système. » Revue Hors Je(u). Derrière une libération proclamée (des lois ont été votées et des droits ont été acquis, de haute lutte !), on est loin d’une libération réelle et intime. Les corsets sont désormais intérieurs donc d’autant plus coriaces. Il s’agira de dévoiler ce qui est souterrain et d'essayer de comprendre à qui profite cette intériorisation du mépris du corps des femmes par les femmes elles-mêmes, et quel ordre cela permet de maintenir. Ici encore, le privé est politique.

Photos

Calendrier

 Création 16 et 17 novembre 2018 : La Ferme du Buisson, Scène Nationale de Marne-la-

Vallée, Noisiel (77) dans le cadre du Festival Les Enfants du désordre

23 et 24 novembre 2018 : Théâtre Gérard Philipe, Champigny s/ Marne (94), dans le cadre

des Théâtrales Charles Dullin

Du 15 janvier au 3 février 2019 : Théâtre du Rond-Point , Paris

21 février 2019 : Le Reflet à Vevey, Suisse

12 mars 2019 : Centre culturel de Jouy-le-Moutier (95)

2 avril 2019 : La Ferme de Bel-Ebat ; Guyancourt (78)

5 avril 2019 : Théâtre du Fil de l’Eau ; Pantin (93)

6 avril 2019 : MA Scène nationale – Pays de Montbéliard (25)

12 avril : Espace Germinal ; Fosses (95)

Bande Annonce

Générique

Création collective les Filles de Simone

avec Cécile Guérin, Tiphaine Gentilleau, Claire Méchin, Chloé Olivères, et Géraldine Roguez

direction d'actrices : Claire Fretel  Scénographie, costumes: Sarah Dupont  Création lumières: Mathieu Courtaillier